Innover, concevoir un procédé, un produit nouveau, parfois un « business model », ou encore dans le « social », consiste en l’« exécution de combinaisons nouvelles ». C’est un processus instable, qui repose souvent sur une initiative et implique le partage en équipe. Cela projette dans une vision d’avenir qui peut mettre en cause la stratégie de l’entreprise.

Pour comprendre l’innovation en tonnellerie, on peut voir l’évolution parallèle suivie par les producteurs de vin et ceux de barriques. Dans les années 1980, un attrait considérable pour les grands vins en fait monter les prix ; l’élevage en barriques neuves redevient un atout. Le goût boisé est apprécié des critiques ; les producteurs dans le monde veulent « boiser » leur cru et les barriques s’exportent. Cependant, la compétition au sommet est rude ; il faut élever le vin en barriques avec plus de garanties et de précision. La compétition des prix devient cruciale en moyenne gamme ; les alternatifs de bois œnologique apportent des solutions nouvelles.

Pourquoi innover ?

Ainsi, deux enjeux d’innovation sont apparus pour les tonneliers en 40 ans : d’une part, améliorer la productivité, la qualité et la précision de leurs gammes de barriques, d’autre part, pour ceux qui en ont fait le choix, fournir des solutions alternatives de bois œnologique.

L’innovation permet de gagner des parts de marché, d’améliorer son image et la qualité pour augmenter la satisfaction des clients, de baisser le prix de revient par amélioration de la productivité, du taux de non qualité, de la baisse du taux d’incidents en fabrication.

Trois critères guident l’innovation. La recherche de ‘‘l’excellence’’, ‘‘La passion’’ (Aimer !), et enfin, ‘‘l’objectif économique’’ qui donne le sens.

Comment manager l’innovation?

Dans un groupe comprenant plusieurs entreprises, parfois sur plusieurs continents, ou produisant des produits différents, la coordination de l’innovation, son management sont des questions cruciales à aborder pour et maîtriser les projets avec succès. Selon les enjeux à apprécier au préalable, on optera pour des équipes fonctionnelles, ou bien matricielles ou encore équipe projet. Le partenariat est une possibilité intéressante pour réduire les coûts, pénétrer de nouveaux marchés, atteindre une taille critique, acquérir compétences nouvelles. Il convient au départ d’en peser les risques, comme celui de cannibalisation de marque ou encore les intérêts divergent à terme.

La performance d’une équipe R&D s’évalue par des indicateurs et méthodes motivantes.

Quoi ? Quel choix ?

L’innovation se définit par rapport à la cible de clients visés. Une tonnellerie pour vins ‘‘haut-de-gamme’’ ne définira pas les mêmes buts qu’une tonnellerie pour des vins milieu de gamme. Le choix du portefeuille de projets est complexe compte-tenu des incertitudes. C’est ce qu’il convient d’apprécier en s’appuyant sur les expertises de terrain. Il peut y avoir des contradictions de stratégie à résoudre. Enfin, l’objectif d’un projet doit être clairement exprimé. Il peut aussi évoluer. Ce qui est beau est bon ! Cet adage nous rappelle d’inclure la dimension esthétique à chaque projet.

Manager des projets innovants, c’est manager des paradoxes comme, se lancer dans l’inconnu et prévoir…, créer avec enthousiasme et contrôler…, être créatif et réaliste …, mettre des spécialistes au travail de groupe …, confronter la vision pratique des équipes de terrain à celle de la Direction….

C’est pourquoi, innover dans un métier de tradition bimillénaire est fascinant.

Kedge Bordeaux 30 septembre 2014
kedge logo